La définition du capitalisme

 

Je voudrais attirer votre attention sur ce que j’appelle bien définir les choses, ainsi que sur le fait que je ne prétend pas apporter ici la définition du capitalisme parfaite, mais plutôt mon interprétation personnelle.

Il y a eu la guerre froide avec deux modèles économiques. Le premier est le communisme, le second le capitalisme. Ces deux modèles sont complètement opposés.

 

Le premier le communisme est un modèle sans classe sociale et sans propriété privée. L’idée c’est que la mise en commun des productions et des richesses rende caduque les lois ainsi que les notions d’état sur une notion plus large. Il y aurait donc dans un tel système une notion d’abondance sur les biens produits et donc partagés facilement. Et une notion de rationnement sur les biens plus rares (on peut notamment penser aux besoins primaires importés dans le pays).

En ce qui concerne les biens uniques ou extraordinaires, eh bien même si je ne sais pas exactement comment cela est géré, je ne peux m’empêcher de penser que seule une élite en disposerait.

Ce modèle n’a donc pas emporté l’unanimité et est aujourd’hui en voie de disparition (il reste encore la Chine…). Mais cette idée, n’est absolument pas la définition du monde actuel. D’ailleurs quand on y réfléchit je comprends pourquoi ce modèle posait problème à l’époque, quand on voit ce vers quoi tend le capitalisme : inciter chaque individu à posséder ce qu’il désire selon ses attentes et ses désirs (!)

Ce qui est un antagonisme, puisque la définition du capitalisme signifie pour moi : conserver, accumuler. Si on recherche un peu plus, sur un dictionnaire ou internet ou sur n’importe quelle autre source d’information, capitalisme signifie  :

système  économique basé sur la propriété privée des moyens de production, la recherche du profit, la concurrence.

Mais la définition qui m’a le plus intéressée est celle de wikipédia :

Le terme capitalisme provient du mot latin « caput », qui signifie « la tête », à l’origine la tête de bétail (le cheptel)4,5,6. Le mot apparaît postérieurement 7 à ceux de « capital », de « capitaliste » , ou de « mode de production capitaliste » qui sont au xixe siècle les termes régulièrement utilisés par Marx :

–         Le mot « capital » apparaît au xiie siècle dans le sens de fonds, d’avance, de masse d’argent à faire fructifier8,9,10.

–         Le mot « capitaliste » désigne peu après un « détenteur de richesses » pour ensuite désigner l’entrepreneur, « celui qui engage une masse d’argent dans le processus de production ».

–         Le mot « capitalisme » apparait en Allemagne au xixe siècle, employé par les socialistes allemands comme Friedrich Engels, puis des sociologues-historiens comme Max Weber11 et Werner Sombart12

Il ressort que l’étymologie du terme « capitalisme » renvoie en permanence à ces deux caractéristiques fondamentales :

– le « capital » comme masse d’argent, génératrice de revenus ;

– le « capitaliste » comme agent opérationnel ou comme vecteur social.

Comme le dit l’historien Fernand Braudel : « Capitalisme doit être mis et perçu entre capital et capitaliste ».

 

Donc voilà ce qui m’amuse le plus dans cette situation.

J’ai personnellement cessé tout contact avec les médias pour cette raison principale.

Dans ce monde où tout nous pousse à consommer, où tout nous pousse à acheter toujours plus gros, toujours plus cher, comment réussir à s’en sortir si tout est fait pour nous pousser dans le sens inverse de ce que « nous avons choisi » comme modèle économique.

Je ne comprends pas pourquoi personne ne nous dit cela. Ni à l’école, ni nos parents, ni nos proches… Personne.

J’ai cette sensation étrange que tout est fait pour noyer le poisson en espérant que personne ne découvre cette supercherie. Cela dit en passant, si on réalise cela à 50 ans, on se dit mince je me suis fait avoir !!!

C’est comme donner à quelqu’un une voiture dont il ne connaît ni comment cela fonctionne, ni les principes de base. Il faut tout lui apprendre pour la faire fonctionner (à l’image de l’école, l’éducation, l’état). Puis lui montrer la route et lui dire va où tu veux (c’est l’entrée sur le marché du travail, l’entreprise, encore l’état) ! Puis là il tombe en panne d’essence… Et il comprend alors qu’il n’a pas cassé la voiture, mais qu’il en a besoin et là il faut payer pour que çà marche (fonction de l’assurance, des banques, et encore de l’état) !

Et puis alors que sa voiture fonctionne, trop concentré à poursuivre sa route, il ne se rend même pas compte que c’est une arnaque….

Alors où je veux en venir ?

Eh bien je ne vous dis pas de cesser de consommer. Je dis juste qu’un écran plat à crédit est une bêtise. De la même manière que beaucoup de prêts à la consommation. Ces crédits sont des aberrations de notre société qui ne sont là que pour nous empêcher d’avancer dans cette société CAPITALISTE.

Les mots que j’écris ne doivent en aucun cas vous empêcher de vivre.

Il est évident que beaucoup ont déjà compris cela, et que la vie parfois nous oblige à avoir recours à ce genre de financement.

Simplement prenez bien conscience du paradoxe dans lequel nous nous trouvons puisque pour dépenser il faut avoir capitalisé d’abord, et ces crédits sont donc là pour nous donner l’illusion que le processus à eu lieu…

J’aimerais simplement ouvrir les yeux à certains sur le fait, que dans la définition de simples mots basiques l’aberration de ces comportements est définie.

Petite précision : Au jeux de faire rêver, la télévision en est la Reine. Supprimez-là et vous divisez par deux vos envies futiles, multipliez par deux la curiosité, et appliquez un coefficient de 8 à votre vie en société et ou en couple… Depuis que j’ai cessé de regarder la télévision (il y a environ 6 ans) j’ai appris à parler Anglais, j’ai écrit un livre de fantaisie de 1 000 pages dont je ne ferai peut-être jamais rien, mais qui sait…, j’ai fait des tableaux et j’ai lu de nombreux autres livres… Tout çà m’a permis d’élargir mes horizons. J’ai découvert des lieux à proximité de chez moi dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Bref, j’ai vécu la vraie vie.

Laisser un commentaire