que faire de ma vie !? 2/2

Les points à développer sont donc la recherche d’un produit.

Je dirais que beaucoup de personnes cherchent ce qu’elles veulent faire. Nous sommes beaucoup à nous dire :  » que faire de ma vie ?  » Mais avant de chercher quoi faire, demandez-vous ce que vous aimeriez vendre ou produire ? Autrement dit : Avec quoi aimeriez-vous être en contact ?

Ne cherchez pas ce dont vous voulez dans votre vie, mais plutôt qu’est-ce qui est en contact avec vous au quotidien et qui vous plaît ? Quel est le produit que vous utilisez, que vous aimez au quotidien, et qui selon vous manque d’un point de vue crucial ?

 

Pour aller dans ce sens je vais prendre mon exemple. En créant ce site j’ai créé en rapport avec mon quotidien, une chose qui me plaît. Je ne fais rien de plus que mes gentils petits copains (je n’en connais aucun personnellement). Dans un sens on pourrai parler de « concurrents » cependant dans l’univers des blogs cela n’existe pas (apparemment). Mais en tenant ces posts je me fais plaisir avant tout. J’aime y produire des articles, m’en occuper et l’entretenir. Je crois que pour moi, le résultat est même un peu secondaire. Bien que si cela vous plaît j’en serai très heureux ! Je le fais par plaisir personnel… C’est l’idée. Comprenez vous ? Cependant, dans ce cas ce blog reste une dilettante, et il ne produit aucune richesse pour que je puisse en vivre. Votre objectif (si vous lisez ces lignes) reste de vivre d’une activité qui soit plus en adéquation avec votre personnalité. Pour autant que je sache, un certain nombre de personnes vivent de leur blog, cela est donc possible et envisageable. Je n’ai pas à ce jour cette ambition, mais vous pouvez faire d’un de vos hobbies, une source de revenu secondaire au départ, qui deviendra par la suite votre revenu principal. Ce qui reste mon cas à travers l’immobilier. Au départ il s’agissait d’un revenu complémentaire qui est devenu petit à petit mon travail.

 

Cela ne vous donne toujours pas l’idée, mais une piste. Et c’est le but de cet article. Arrêtez de chercher loin ce que vous avez dans votre quotidien.

J’ai connu une jeune personne, qui, ne sachant pas quoi faire de sa vie, a repris le même cursus que celui de son père !

Au moment où j’écris ces lignes, chaque année de fac lui prend 2 ans ! Donc, s’il continu ainsi, il aura fait les 5 années en 10… !

Le pire, c’est qu’il avait une passion : les jeux vidéos.

Pire encore, c’est un métier !

J’ai vu il y a quelques mois les salaires d’employés dans ce domaine, et croyez-le ou non, ils gagnent plutôt bien leur vie.

Je trouve donc dommage, que parce que les jeux sont mal perçus dans notre culture, il ait dû choisir un cursus qui ne lui plaît pas et pour lequel il va mettre deux fois plus de temps à parcourir, pour au final ne pas aimer son quotidien.

C’est exactement le schéma dont il faut arriver à s’extraire.

 

Le salariat.

Je crois qu’il faut le dire. Si votre habitude est d’avoir un salaire tous les mois, d’être formaté à ce style de vie, alors la tâche est ardu. Je vais attirer votre attention sur un point important. La plus part du temps tous ceux à qui il arrive ces « histoires» de réussite, ceux-là, n’étaient pas salariés. Ou alors ils avaient plusieurs activitées, ou encore une manière d’aborder leur quotidien assez singuliére.

Je n’ai rien contre le salariat, mais il est évident que cela nous prive d’une liberté certaine. Et de mon point de vue, la liberté d’action est un des points essentiels au développement d’une activité. Dans mon cas, je ne trouverais pas d’affaires immobilières si je devais tous les jours respecter des horaires qui me contraindraient inévitablement à en rater.

Certes, je ne vous dis pas quittez votre emploi, je ne vous dis pas soyez à votre compte. Je dis ceci : « travailler pour soi apporte la liberté de vivre à son rythme. »

C’est logique me direz-vous. Et pour tous ceux qui sont indépendants, vous savez le plaisir que cela procure.

Le mieux est de procéder par étape car le salariat reste un bon début pour tout le monde, et même je dirais un passage obligatoire. Mais si vous avez la possibilité de vous en libérer, alors n’hésitez pas.

 

Revenons à notre interrogation : Je ne sais pas quoi faire !?

Finalement c’est une fausse question. Et je dois le dire, trop souvent nos peurs obstruent notre jugement. Nous avons tous en nous et autour de nous, des choses qui nous passionnent dont nous aimerions bien en faire notre métier. De manière assez ironique nous n’osons jamais nous engager dans ces domaines. Pourquoi ? Pour l’argent ! Voilà le vrai problème. Vous avez des idées mais en réalité vos premières idées vous les rangez dans un coin en vous disant ceci : Je n’en vivrai pas.

Je ne connais pas vos idées, mais la seule question qui me vient est : Pourquoi vous n’en vivriez pas ? Vous voyez mal votre sujet. C’est que vous n’avez pas l’esprit qui vous permet de rendre cette chose rentable.

 

En écrivant tout cela, je me mets à penser à la pêche ; c’est ce qui me vient à l’esprit.

Sûrement parce que dans ma région bon nombre de personnes rêvent de vivre de la pêche. C’est un rêve que beaucoup de « sudistes » partagent. Surement du au fait de la proximité de la mer. Ou encore parce que cette pratique est très répendue dans ma région. Toujours est il que je ne partage pas ce rêve, j’en ignore l’origine, mais je constate son existence dans le cœur de ceux qui m’en parlent. Ils rêvent de flâner toute la journée avec leurs cannes pour ensuite manger le fruit de leur labeur… Je ne sais pas si c’est exactement cela que retranscrit leurs motivations, mais c’est l’impression que cela me donne.

 

Je vais simplement finir avec une petite histoire que vous connaissez… Elle va clôturer à merveille cet article, puisqu’elle illustre parfaitement le fait que n’importe quel rêve, même le plus simple, peut prendre forme.

 

J’ai connu dans mon sport (la natation) une personne qui pendant un temps était pompier. Ce garçon et moi-même n’avons jamais été amis, essentiellement pour des raisons de centre d’intérêts. Nous apprécions de nous voir de temps en temps, et échangeons avec plaisir, mais nous ne serons jamais amis puisque certains aspects de nos personnalités nous rendent incompatibles.

Il fût pompier pendant 4 ans. Lorsque je l’ai recroisé par hasard quelques années plus tard, il m’apprend qu’il a créé son entreprise. Cependant nous n’avons pas eu le temps de rentrer dans le détail, je n’ai donc rien su de plus. Mais je peux simplement ajouter que cela fut pour moi une surprise, car de prime abord je n’ai jamais trouvé qu’il avait le tempérament d’un « patron » !!

3 ans plus tard, je le recroise à nouveau dans le train… Avec un grand plaisir nous nous sommes assis côte à côte, et avons fait le trajet ensemble.

Des personnes le reconnaissent brièvement, et je comprends rapidement qu’il a une notoriété télévisuelle avec la manière dont il est abordé. Je dois vous préciser une chose, fort importante pour la suite, en ce qui me concerne, je n’ai pas de télévision par choix personnel.

 

Et là, figurez-vous qu’il m’explique son parcours, que je vous retranscris ici :

Pompier, non par choix, mais par nécessité, pour économiser et s’acheter une barque (investissement le plus important à cause de ses spécificités).

Pêcher. Une passion. Il a toujours voulu en vivre. Durant ces 4 années, il a économisé et s’est acheté tout le matériel nécessaire à sa future activité : Filets, outils pour la mer, voiture, frigo…etc… Une fois prêt, et avec quelques économies en poche il s’est lancé. Il n’est pas pêcheur au sens industriel du terme. Il est pêcheur à plus petite échelle, aux abords de la Camargue. Une activité plus authentique selon lui. Puis, il a participé à des émissions de télévision pour pouvoir posséder son restaurant tout en gardant son activité. Aujourd’hui je sais que tout fonctionne plutôt bien pour lui, même si je n’ai plus eu de ses nouvelles depuis plus d’un an.

 

La pêche dans ma région est pour beaucoup comme un rêve impossible. Pourtant cette personne-là, les fait tous mentir, puisque aujourd’hui, il fait même de la télévision !!

 

Toutes mes petites histoires ont pour but de vous faire comprendre ceci : « si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l’énergie pour changer de bateau est plus productive que l’énergie pour colmater les trous. » Warren Buffet.

 

Ne restez pas dans la vie qui vous accable et pèse sur votre dos. Si vous êtes obligé de rester pour des raisons financières ou autres, élaborez un plan pour quitter votre emploi. Faites de vos déceptions une force, et voyez le temps passé comme un atout. Ne cherchez pas à créer immédiatement votre entreprise. Il faut du courage et de l’audace pour se lancer. Mais pour ne douter de rien, choisissez un secteur qui vous passionne, quelque chose qui vous fait vibrer, avec lequel votre affinité est forte. N’hésitez pas à vous former, ou à lire sur le sujet avant de vous engager. Si vous êtes dans un domaine qui vous transcende, alors les choses couleront naturellement. Souvent cette chose que l’on cherche, cette idée, est juste là, dans notre quotidien. Nos esprits n’arrivent simplement pas à matérialiser le fait que cet objet que l’on aime tant, est issu d’un métier, d’un savoir-faire, d’une activité qui peut très bien devenir la nôtre. Ne cherchez pas l’idée, mais l’objet de vos passions.

 

 

Changez, essayez, recommencez, changez encore, trompez-vous, trompez-vous beaucoup, ratez tout, ne baissez jamais les bras, ainsi, lorsque l’opportunité passera devant vous, vous ne douterez pas, vous ne pourrez pas la rater, vous ne ferez que la voir et la saisirez sans aucune hésitation.

 

La première partie de cet article ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.