questions interview concernant le premier achat immobilier

On m’a posé la question  : « Comment bien acheter son premier bien immobilier ? »

Finalement cet article s’est transformé en questions interview car je ne suis pas le mieux placé pour répondre.

Pour la compréhension : N étant Nicolas moi-même, et mon interlocutrice que nous nommerons C.

Donc, pour répondre à une telle question j’ai besoin de connaître certains paramètres

 

N – Avant de commencer, tu veux acheter quoi ?

 

C – Un appartement.

 

N – Pour en faire quoi ?

 

C – Pour y vivre.

 

N – C’est vrai que c’est toi qui me pose la première question, mais avant de répondre j’ai besoin d’éclaircir un peu tes besoins.

Tu cherches un appartement pour y vivre. As-tu une notion du temps que tu vas y passer ? Où n’y penses-tu même pas ?

 

C – En fait je ne sais pas. C’est un premier achat, cela dépend du logement sur lequel je vais tomber. Sachant que je marche au coup de cœur. Je suis seule, je ne vais pas acheter un 4 pièces, donc je favorise le coup de cœur sur le T2 ou le T3 principalement.

 

N – Ok, donc en me demandant comment bien acheter, tu attends de tomber sur un coup de cœur et ensuite d’avoir les conseils techniques pour savoir si ce que tu convoites est une bonne affaire ou pas ? Donc on va passer point par point ce qui te semblent difficile. Qu’est-ce qui aujourd’hui te bloque pour acheter ?

 

C – Rien, mais aujourd’hui il me faut du temps, ce n’est pas la bonne période. L’année prochaine je vais commencer à m’y pencher. Je viens de déménager, mon boulot les cartons…etc… Ce n’est pas la priorité. Un achat ce n’est pas un coup de tête, cela se prépare.

 

N – Donc pour toi le temps de réaliser un achat est relativement long ? Tu le quantifies comment ce temps ?

 

C – Ce n’est pas facile comme question. Entre le moment de prendre ma décision et la finalité il me faut le temps de connaître la région, savoir où je veux vivre, cela ne fait qu’un an et demi que je suis là ! A Paris je savais où je voulais vivre, donc dès que j’ai trouvé j’ai acheté !

 

N – Donc tu es propriétaire ? Et tu n’a pas ressenti le besoin de prendre plus de temps que çà pour acheter là-bas.

 

C – Oui, je savais exactement ce que je voulais, mais entre temps j’ai revendu. Dès que j’ai vu l’appartement, je suis passée à l’acte ! Par contre j’ai eu de mauvaises surprises…

 

N – Naturellement, tu connaissais ton secteur donc ce fut plus rapide. Aujourd’hui tu te trouves en région sud-est et le temps dont tu parles va te permettre de mieux cerner l’emplacement qui te correspond. De plus comme je l’ai déjà dit, l’emplacement est primordial en immobilier (lien vidéo).

Quant aux problèmes de ton précédent achat, quelles furent ces mauvaises surprises ?

 

C – J’ai acheté sans trop me rendre compte de certains éléments, d’où ma première question. Par exemple : Le chauffe-eau que j’ai dû changer. Un magnifique parquet, mal posé que j’ai dû enlever complètement ( !) dans le salon/salle à manger et la chambre ; soit un total de 35 m2 sur 51m2 !! Pour un appartement que l’on m’a vendu « refait » 2 ans environ avant mon achat.

 

N – Donc mauvaises surprises et mauvaise expérience.

Est-ce que cela contribue au fait que tu es hésitante pour racheter un autre bien ?

 

C – Disons que j’ai revendu à mon prix d’achat sans amortir mes travaux de remise en état. Du coup aujourd’hui je voudrais prendre mon temps pour ne pas me retrouver dans une situation similaire. Ajoutant à cela mon ignorance de la région sud-est, je souhaite être bien informée avant d’agir.

 

N – D’où la question… ce qui est donc légitime.

Mon premier conseil serait de prendre en compte le type de produit que tu vas chercher. Dans le sud il y a un grand nombre de maisons à vendre et peu de beaux appartements selon les régions. Ce qui n’est pas le cas par exemple à Aix-en-Provence, ton secteur actuel. L’immobilier étant un marché d’offre et de demande, je te conseillerais donc de prendre soit un appartement « moche », ce qui ne signifie pas non plus délabré. Mais plutôt un appartement atypique à rénover que tu puisses personnaliser ; soit une maison de ville vraiment singulière. Evite les biens courants difficilement revendables. Il faut savoir qu’en France on reste en moyenne 7 ans dans sa résidence principale. Donc même si on n’y pense pas le jour de son achat, c’est bien de l’envisager quand même.

Pour aller plus loin, cherche des biens qui sont à première vue peu attrayants. Tout en gardant à l’esprit que le quartier doit rester bon. Tu peux trouver des maisons de village appartenant à des personnes âgées, souvent très mal agencées, et avec un gros potentiel. C’est encore plus simple pour les appartements. Dans la région, de nombreux appartements de 70 m2 ont entre 4 et 6 pièces. Transforme-le en un P2, et il sera complètement différent.

 

 

C – Mais je veux un extérieur, un parking et du calme. En travaillant comme je travaille, je veux un certain confort.

 

N – C’est normal et je comprends. Mais là encore il faut que tu raisonnes moyen terme. Sachant que tu ne vas y passer ta vie dans ce « premier » achat il te faut le voir comme un tremplin.

 

C – Un tremplin à quoi ?

 

N – Eh bien en réalisant des travaux, en l’arrangeant tu vas réaliser une plus-value. Çà se matérialise par le travail que tu vas fournir dans ce logement. Donc tu pourras ensuite acquérir le bien que tu veux, une fois celui-ci revendu. Non ?

 

C – C’est logique. Mais je suis une fille, je ne fais pas les travaux.

 

N – Est-ce que tu te sens de les mener ?

 

C – Mais comment je mène les travaux ? Tu veux que entre 20h et minuit je casse des murs ? Et durant mes vacances je fasse les finitions !!!

 

N – Je ne pensais pas que tu réalises toi-même les travaux, bien que cela n’est pas impossible. Mais tu peux faire appel à un maître d’œuvre. Cela n’aura pas le même coût, cependant tu auras exactement le logement que tu veux. Cela te paraît compliqué ?

 

C – Non, je comprends ce que tu me dis, mais ce n’est pas d’actualité, car je ne sais même pas où acheter.

Il faut que je regarde avec attention, et je ne connais toujours pas la région.

 

N – Sur quel support tu cherches ?

 

C – Pour l’instant je ne cherche pas. Je m’interroge mais je ne cherche pas. Il me faut regarder les villes, et les prix qui se pratiquent. Rien que cela va me prendre du temps…

 

N – Bon on va arrêter là, je vais te faire lire trois articles, et puis nous reviendrons conclure…

 

…Donc à présent que tu as lu l’article « Le premier ACHAT… » concernant l’acquisition d’un premier bien immobilier. Pour les lecteurs, cet article en 3 parties n’ai pas encore en ligne, mais je vais le publier dans les prochaines semaines.

 

Donc, peux-tu me dire ce que tu en as pensé, pour conclure cette discussion ?

 

C – J’ai pensé que c’était une bonne idée claire et logique. Mais bon il faut juste le faire. D’abord je veux préciser qu’en te connaissant un peu, ce que j’ai lu n’est pas une révélation, c’est ce que tu prônes dans la vie de tous les jours.

Pour être un peu critique, je dirai simplement ceci : Sachant que ce n’est pas la priorité de tout le monde de faire du locatif et d’acquérir sa résidence principale, ce n’est pas dans les meurs. Tu es soit locataire soit propriétaire. Propriétaire avec option ce n’est pas dans l’inconscient collectif. C’est pas évident, on te dit juste : ce n’est pas bien d’être locataire, on te dit simplement d’acheter ta maison. Du coup de prime abord ce raisonnement m’interpelle mais n’est pas si simple à intégrer. Question de conditionnement. C’est-à-dire, que tout le monde ne veut pas posséder un appart pour le louer tout en possédant sa résidence principale ; être bailleur et être propriétaire. On m’a inculqué qu’on pouvait être soit l’un soit l’autre.

Ce qui me plaît et me déplaît dans ton discours est que je n’avais jamais pensé pouvoir être les deux ! Ton résonnement est judicieux et intéressant. Seulement, je reste sur mon problème de temps et je ne sais pas si je veux donner de mon temps pour être un bailleur d’appartement. Donc je vais tenir compte de ces trois articles, réfléchir à ces éléments que tu viens de me transmettre, et pourquoi pas… Dans un an franchir le pas, à ma manière ou à la tienne…

 

N – Tu trouves cela difficile pour autant ?

 

C – Non je le comprends, mais au-delà de ça l’éducation ne rend pas ce raisonnement facile d’accès. Mais par rapport au fait d’être soit locataire ou propriétaire je pense qu’il te faudrait demander aux personnes qu’est-ce qu’ils disent à leurs enfants ? Je pense que de cette réponse dépend le reste.

 

N – Je te remercie avant tout du temps que tu m’as accordé. Pour conclure j’ai juste une précision sur ton cas. Concernant ton appartement de Paris, je ne l’aurais tout simplement pas vendu. Tu le sais déjà, nous en avons déjà parlé. Mais je veux dire à ceux qui ont ce genre de bien, c’est-à-dire qu’ils vont revendre le prix qu’ils l’ont payé. Si vous le pouvez, ne vendez pas ! Louez-le, et conservez-le. C’est comme la bourse, tant qu’on n’a pas vendu, on a perdu.

 

La suite avec les trois articles sur le premier achat ici :

 

Le premier ici

– Le deuxième ici

– Le troisième ici

 

Laissez vos commentaires et inscrivez-vous à ma news letters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.