La rétro ingénierie.

Qu’est-ce que c’est ?

 

C’est lorsque l’on doit copier un produit sans vouloir faire la même chose. C’est une sorte de création à partir d’un produit déjà existant tout en y apportant des modifications signifiables.

 

Pour commencer il faut partir du produit fini, le décortiquer pour enfin l’analyser et comprendre comment il fonctionne. Le but ensuite étant de recréer un autre produit qui permet le même travail tout en étant différent.

 

L’idéal dans ce genre de situation c’est lorsque le produit ciblé est fabriqué en sous-traitance. Il suffit d’aller s’approvisionner à son tour dans des sociétés qui fabriquent les composants du produit.

Cela se corse lorsque l’un des composants est inventé ou protégé par l’entreprise créatrice du produit.

C’est exactement sur ce point-là que la rétro ingénierie intervient.

 

 

Je résume : Vous voulez fabriquer un produit qui va permettre de réaliser la même tâche que votre concurrent ; or ce produit ne peut fonctionner sans un composant déposé et protégé par ce même concurrent.

 

A partir du moment où vous avez identifié le composant, vous faites un descriptif minutieux des fonctions qu’il doit accomplir dans votre produit cible. Ce descriptif doit être conservé soigneusement.

Avant même de commencer le processus, vous consultez un avocat spécialisé dans la rétro ingénierie qui va encadrer vos démarches.

 

Le commanditaire, vous en l’occurrence, disparaissez du processus de duplication. Surtout si votre entreprise est une concurrente directe de celle dont vous voulez « reproduire » le produit. La raison principale est que vous, plus que quiconque, vous connaissez bien l’objet à réinventer. Vous êtes « contaminé » par cette connaissance, ou plus exactement « souillé », et il va falloir trouver des individus qui n’ont jamais eu aucun contact avec ce produit, des « non contaminés » dit : des « vierges ».

Donc on engage une équipe d’ingénieurs ou de spécialistes qui vont être soumis à un test dit : de virginité. Le but est qu’ils n’aient jamais été en contact avec le produit cible. Ensuite, le test de virginité est soigneusement conservé.

 

« Les vierges » avérés sont enfermés à double tour. Ils n’ont plus le droit d’avoir un contact avec l’extérieur, du moment où ils ont été sélectionnés. Ils doivent rester dans ce « lieu » confinés jusqu’à ce qu’ils aient réinventé le composant du produit que vous voulez créer.

Une fois le produit réinventé on regroupe la liste des tâches du composant que vous avez énuméré préalablement. On la confond avec la liste des éléments du test de virginité. Ces deux descriptifs donnent l’état du produit avant la réinvention. La réinvention quant à elle est donc confondue avec ces deux éléments. A partir de là on teste et re-teste le nouveau composant jusqu’à ce qu’il se comporte comme le composant souhaité.

Une fois le processus accompli vous possédez un produit identique à celui de votre concurrent sans l’avoir copié au sens légal du terme, vous l’avez en quelque sorte réinventé.

 

Cette technique est employée dans de nombreux domaines. Et même parfois dans les plus inattendus. Comme par exemple Michel et Augustin qui ont simplement copié le marketing de Ben & Jerry’s tout en l’adaptant à des cookies…

Ou encore la marque Compaq pour les ordinateurs. Samsung pour les tablettes…

 

C’est une alternative pour les gros groupes au sens légal du terme. Pourtant, à notre modeste petite échelle, il y a quelque chose à en tirer. Supposons que vous voulez absolument vous lancer à votre compte, mais que vous n’avez aucune idée précise de l’emploi ou l’activité que vous allez réaliser. Reproduire les étapes qui sont énumérées ici est loin d’être une mauvaise idée.

Prenez un produit que vous aimez, et décortiquez-le. En le décortiquant vous allez forcément analyser les différentes entreprises qui contribuent à son assemblage ou à sa fabrication. Ainsi vous allez somme toute, découvrir des métiers ou des activités qui vous sont inconnues et qui pourraient se révéler être l’activité qui vous convienne le mieux !

 

Un exemple rapide :

J’aborde ce sujet simplement pour vous montrer que dans l’entreprise, si on n’a pas d’idées on peut aussi prendre un peu de celles des autres et fabriquer la sienne…

Alors pensez-y.

Laisser un commentaire