fin de droit chômage , nous n’aurons pas de retraite.

ZOB la retraite !

 

Fin de droit chômage, nous n’aurons pas de retraite (?) C’est un scandale ! Pourtant nous le savions. Personnellement mon professeur d’économie me le disait en 1997… Il le savait, je l’ai écouté, et je m’y suis préparé… Pourquoi pas vous ?

La retraite c’est une carotte qu’on agite devant votre nez pour éviter que vous la prépariez trop tôt. A la fois c’est un désir qui nous habite plus on s’enfonce dans la vie d’adulte. Mais nous posons-nous les bonnes questions ?

 

Je reprends du début. Ne rien faire de mes journées… quand j’y pense, même en étant un accroc au sport, je me dis : j’arriverai à remplir mes journées. J’en suis convaincu !

Je pousse un peu ma réflexion et je réalise alors que je serai seul. Tous mes copains, qui eux travaillent, seraient occupés. Et même si j’avais de l’argent, cela ne changerait rien. Mon rapport à la vie serait « pipé » car irréel.

Enfin, le pire, c’est que je serais inutile.

Alors je réalise que la retraite c’est bien, mais quand c’est pas trop long !

 

C’est un discours qui sonne faux. En le relisant j’en ai bien conscience. En le laissant sur cette page encore plus. Mais j’aime ce que je fais. J’aime vraiment beaucoup ce que je fais. Çà m’excite, me passionne, me fais frissonné, me rend triste, m’énnerve, m’empeche de faire ce que je veux, me comble de joie, me fait rire, me surprend… Je pourrai remplir la page. En fait je suis la ou je voulais être. Je n’ai pas tout ce qui rend une personne heureuse, mais j’ai déjà 70% de mon temps rempli par des choses qui me comblent. Donc je m’estime chanceux. Et finalement pour revenir au début, la retraite ne me fait pas rêver !

 

Et vous ? Vivez vous un rêve ? Ou rêvez vous votre vie ?

 

C’est bien là toute la différence. La vie c’est un peu comme le théâtre. Il y a beaucoup de spectateurs et peu d’acteurs. La vérité c’est qu’on commence tous comme spectateurs. Beaucoup d’entre nous finissent spectateurs.

Pourtant ceci n’est pas une fatalité, rien ne nous empêche d’être acteur de notre vie !

Tant qu’on la regarde passer, et qu’on ne fait rien, alors la retraite c’est comme le graal libérateur. Elle est la chose qui va vous permettre de sortir de votre monotonie quotidienne. Pourtant je vais dire une chose terrible : si vous êtes spectateur durant votre vie professionnelle, à la retraite ou pas, vous serez toujours spectateur. Ce n’est pas un statut qui va changer votre vie. C’est vous qui allez la changer !

 

Le défaut que nous avons de plus en plus, est de ne pas penser à l’avenir. Il y a une métaphore que j’aime tout particulièrement c’est celle du verre.

Imaginez que nous soyons comme un verre. Le verre étant l’individu, et le liquide les croyances et l’expérience de la vie.

Quand on est petit, le verre est petit, donc facile à remplir. Vous n’avez pas besoin d’une grosse quantité d’eau pour le remplir. Du coup nous avons tendance à être crédule et ce qu’on nous met dans le verre nous remplit facilement.

C’est-à-dire que sans expérience, nos croyances sont simples à influencer.

Mais nous grandissons, et donc le verre grandit lui aussi. Et la quantité d’eau qui le remplissait lorsque nous étions petit, ne le remplit plus que de moitié lorsque nous sommes plus grand. Et plus nous avançons, plus le verre devient difficile à remplir.

Nos croyances sont plus exigentes, et notre expérience nous rend plus critique.

Si bien qu’à partir d’un certain moment, la même quantité de liquide ne représente plus qu’un fond de verre… Le plus difficile est d’amener plus de liquide pour remplir le verre. Nous avons tendance à nous contenter de ce que l’on nous donne. Alors que nous devrions être assoiffé.

 

 

Il y a de nombreuses interprétations de la société actuelle. Pourtant le patronat et le salariat qui s’opposent souvent sont dans le même bateau. L’état attend d’eux qu’ils cotisent et surtout qu’ils ne s’entendent pas. Et j’ai envie de le dire, le reste, l’état s’en fou. Et finalement l’un comme l’autre, opposé, arriverons à la retraite sans un sou et sans rien.

C’est une triste réalité dont certains ont conscience et d’autres pas.

 

Je sais que c’est difficile de cotiser, de donner de son argent à une « cause » censée nous le reverser, et qui finalement nous annonce : je ne vous donnerais rien. C’est très dur, d’autant plus dur que le montant des cotisations prélevé est énorme ! D’autant plus injuste que certains en jouissent alors que d’autres y participent et n’en verront jamais la couleur. Il n’y a pas de mots pour nous réconforter, pour nous tous qui allons perdre cet argent. Je n’ai qu’une chose à dire. Il ne sert à rien d’utiliser son énergie pour ressasser un élément sur lequel nous n’avons aucune prise. Votre énergie, votre rage, votre haine sera bien plus utile à la reconstruction d’une nouvelle « source » de retraite pour vous. Plutôt qu’à ruminer cette situation sclérosée.

 

Les choses faites sont faites. C’est difficile parfois à accepter. Pourtant on perd souvent énormément de temps à repenser à ces situations tout en imaginant comment on aurait pu les gérer. Alors qu’on gagnerait énormément à accepter les faits, passer à autre chose tout en s’employant à construire de nouvelles choses pour son avenir.

 

 

 

Alors voilà la retraite est un rêve, et la réalité un cauchemar mais allons de l’avant !

 

Cet article doit vous réconcilier avec vous-même.

Oui nous pouvons nous créer notre capital, et oui nous pouvons créer notre retraite. Alors foncez, et ne réfléchissez plus à ces problèmes politiques !

 

 

Eh bien, par où commencer ?

 

Commencez par votre travail. Si vous l’aimez, c’est parfait. Si vous ne l’aimez pas : changez. Facile à écrire hein ? Difficile à faire. Pourtant je vous assure on ne tient pas longtemps dans un travail que l’on n’aime pas. Je l’ai fait (voir ces vidéos : V1 ; V2) et j’ai tenu, mais je n’aurais pas tenu des années. Enfin je dois avouer qu’à partir d’un certain moment j’étais entré dans une sorte de monotonie, comme un ronronnement qui aurait pu me porter encore et encore… Le salaire était ma drogue, mon fixe, et mes journées une sorte de rêve éveillé. Quand j’y repense je me dis, peut-être cela aurait-il pu continuer.

Si vous êtes dans cette situation, commencez à penser à changer de métier. Une vie entière dans cette situation n’est pas une vie. Il existe des formations, des possibilités. Renseignez-vous, téléphonez, souscrivez à des formulaires sur internet, bref agissez.

 

Pourquoi j’insiste tant sur le travail du quotidien ? Aujourd’hui il y a des gens qui ne font que ce qu’ils aiment. Ils sont tellement passionnés par leur job que même si leurs concurrents sont bons, ils ne pourront pas leur faire face, s’ils n’ont pas la même passion qu’eux. Vous n’imaginez pas combien certains peuvent donner de leurs temps à l’entreprise qu’ils ont créée et qu’ils s’emploient à développer. Et de surcroît, avec internet et les possibilités que cela offre, le slogan du 21ème siècle c’est :

 

« adaptez-vous ou mourrez »

 

Certaines entreprises ou autre modèle social sont complètement en train de disparaître. Je ne suis pas alarmiste, mais je vois avec mes yeux.

 

Mon secteur est l’immobilier. Et c’est un secteur que je considère lent et difficile à réformer. Pourtant j’ai entendu une interview d’un entrepreneur du web qui a réussi à mettre en place un système de location dans lequel à hauteur de 60 % d’utilisation, il ne fait pas appel à de l’argent… Vous imaginez ? Pas d’argent en immobilier ??? Je ne sais pas au moment où j’écris ces lignes ou en est-il exactement ? Mais c’est une mini révolution ! Si cela se développe quel sera le modèle économique d’une agence immobilière ? Il va falloir vraiment aimer ce que l’on fait pour être capable de prendre le virage. Comprenez, que si cette révolution touchait tout le monde d’un coup. Ceux qui ne travaillent pas dans l’immobilier par passion, s’ils ne sont plus payés, ils ne continuerons pas. C’est même sûr et certain !

 

Donc j’insiste sur ce point, car l’avenir qui se profile est un avenir de vocation et non de besoin.

 

Une fois que vous avez votre vocation, il ne reste plus qu’une chose à faire : gérer.

C’est facile à lire et à écrire, mais difficile à mettre en pratique.

 

Deux petits liens pour venir compléter cet article :

 

Le si discret naufrage des retraites

Le système des retraites sur le point d’exploser

2 commentaires sur « fin de droit chômage , nous n’aurons pas de retraite. »

  • Bonjour Nicolas,

    Merci pour cet article fort intéressant.

    La retraite est une vaste arnaque.

    En effet, la retraite c’est « travaillez pendant plus de 40 ans sans vous arrêter et on vous donnera une rente à la fin », l’histoire de la carotte qu’on vous donnera plus tard, encore plus tard puis jamais…

    Franchement, comment les gens ne se révoltent pas contre ça; les salaires sont bas et on leur fait miroiter quelque chose au bout de 40 ans…

    Beaucoup dans quelques temps tomberont de très très haut, on n’augmente déjà plus les retraites (depuis 2013), bientôt elle baisseront… et d’ici 20 ans on leur dira « ah ben non merci d’avoir travailler plus de 40 ans mais vous n’avez le droit à plus rien… »

    Que feront ces gens ? Continuer à travailler jusqu’à leur mort pour une misère ? comme ça les jeunes ne trouveront plus aucun travail…

    Non il faut préparer « sa retraite » car l’Etat ne continuera pas indéfiniment à s’endetter pour payer celles de beaucoup de Français et ce jour la il n’y a que ceux qui auront préparer la leur qui s’en sortiront.

    A Bientôt

    Romaric

    PS : J’en profite pour signaler mon nouveau blog sur l’indépendance financière : http://www.sortir-du-rsa.fr

    • Merci pour ton commentaire.

      Malheureusement j’en connais qui tombent déjà de haut ! Mais c’est un sujet difficile surtout face au système qui à été instauré chez nous. Je pense que la majorité d’entre nous on encore un peu du mal à réaliser que c’est un fait, et non une théorie.
      En plus le pire, c’est que notre système à la base était bon… Mais il a été… Bref.

      Pour la révolte, mon avis, c’est que pour l’instant, entre les héritages, et les « bas de laines » nous avons encore à manger pour tout le monde, donc pas de quoi faire une révolte, malheureusement.

      C’est une bonne idée de site ça : révolte.com !
      j’aimerais bien savoir combien d’inscris ferait un tel site…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.