comment placer son argent ?

Récemment je me suis rendu compte que je n’ai jamais cherché à me poser cette question fondamentale ! Et en même temps tellement primordiale, car si on n’a pas de raison pour le faire, on ne le fera pas.

Cet article n’a p as pour but de vous trouver des raisons, ni même de vous convaincre. Mais je trouve intéressant de trouver une réponse, car il y a peu, je me suis rendu compte qu’un certain nombre d’entre-nous, sans investir, semble travailler sans raison.

 

Rien de mal à travailler sans raison, mais je trouve quand même mieux de le faire avec un but ! Attention, je ne sous-entend pas que tout le monde travaille pour rien non plus, mais vous êtes vous déjà posé cette question :

comment placer son argent ?

 

Investir est pour moi une motivation dans le travail au quotidien, car quand les revenus de l’investissement rattrapent ceux du travail, alors la satisfaction est au rendez-vous.

Du coup la vraie question à ce poser quand on commence, est : pourquoi travailler ?

 

En effet, dans un pays où les revenus du travail sont parfois équivalents, voire moindres par rapport à ceux qui « choisissent » de ne pas travailler, la question s’impose ! Alors vous comme moi, connaissez sûrement autour de vous, des personnes qui par dépit se sont retrouvées au chômage et qui aujourd’hui conservent ce statut, car cela leur permet de travailler « au noir » !

Ils cumulent ainsi deux revenus et vous disent qu’ils sont pleinement satisfaits de leur situation…

Cela m’amuse beaucoup, car ceux qui parlent de la sorte n’ont aucune notion d’avenir, de prévoyance ni même de responsabilité.

Mon propos est exagéré ? Je ne trouve pas.

Car ces personnes travaillent pourquoi ? Ont-elles compris quel était le but du travail ? La finalité ?

Je ne prétends pas l’avoir compris. Ni même apporter la réponse. Mais nous pouvons tous trouver notre réponse.

 

Ainsi, dans mon entourage, certains de mes amis travaillent pour se payer des voyages, des vacances… Je trouve cela honorable, et valorisant. Il s’enrichissent d’autres cultures, et grandissent de leurs expériences. C’est une motivation. Comme d’autres le font, pour embellir leur maison. C’est tout autant gratifiant. Du coup, dans un cas comme dans l’autre ils ont trouvé dans leur quotidien, au-delà de l’aspect financier, une finalité qui les comble.

Il y a enfin ceux qui ont la chance d’avoir leur passion comme travail. Là, j’ai aussi certains amis qui sont dans ce cas, et je peux vous dire que de toutes les motivations ou raisons, ce cas de figure est de loin le meilleur. Ils n’ont pas l’impression de travailler. Et tout est dans cette phrase. Aborder son quotidien de cette façon est vraiment une chance. Il ne faut pas croire que cela est impossible pour tout le monde, cela peut l’être pour tout un chacun. Il faut s’en donner les moyens.

 

Dans tous les cas, l’investissement personnel reste une partie importante de votre quotidien, et je ne peux que vous encourager à le faire.

Excepté ceux qui ne travaillent pas, car dans ce cas de figure vous êtes bloqué. Et là encore un jour une personne m’a dit : « je travaille au black et économise mes revenus du chômage, ainsi j’achèterai cash car je gagne deux fois plus ! »

Il était fier car il détenait selon lui sa solution « miracle » pour doubler ses revenus.

 

Sachez qu’un investissement se fait avec de l’apport, mais aussi à crédit.

L’apport doit venir dégager une marge suffisante pour que cela représente un revenu alternatif.

Le crédit doit venir compléter l’investissement pour permettre de la déduction fiscale, ou conserver une trésorerie nécessaire.

 

L’investissement est une sorte de parachute que vous vous construisez au fil de votre vie et de vos moyens. Je le vois comme une nécessité. Mais beaucoup ne partagent pas mon avis car l’investissement demande du temps, de sa personne, et des connaissances. Souvent on ne veut pas « s’embêter » avec cela. Pourtant lorsque nous allons avoir 50, 60 ou 70 ans, nous serons encore bien plus embêté de ne pas l’avoir fait !

 

En fait tout cela découle d’idées fausses qui consistent à nous dire que l’on se protège et que l’on s’évite ainsi des ennuis. Le problème, selon moi, vient de notre mauvais rapport au temps. On a tendance à oublier qu’à 20, 30 ou 40 ans, nous sommes tout à fait aptes à supporter une masse de contrainte plus importante qu’à un âge plus avancé. On considère à tort que l’on doit profiter de certaines choses quand on est jeune et que l’on fera celle-ci plus tard… C’est amusant car de mon point de vue c’est l’inverse. La jeunesse apporte avec elle, la chance

de la flexibilité sur l’exigence. Alors que la vieillesse nous rend moins réceptif aux difficultés.

 

Prenons par exemple nos besoins matériels. Il est évident pour moi qu’ils sont bien moins importants lorsque l’on est jeune. A 20 ans on arrive à se débrouiller avec rien. Je ne nie pas que nous ayons envie de tout. Mais l’avantage est que l’on peut faire sans.

A 50 ans je pense qu’après avoir travaillé durant 20 ou 30 ans, on estime que posséder des choses dont on rêve est légitime.

L’investissement sert à çà. Ceux qui à 20 ans comprennent cela, auront à 50 ans bien plus que ceux qui possèdent tout à 20 ans.

 

Mais il n’y a aucune barrière, et vous pouvez réaliser la même chose que vous ayez 20 ou 50 ans. Investir, c’est vous donner une liberté non négligeable. Et c’est s’enrichir de connaissances utiles pour son quotidien.

De mon point de vue, l’investissement n’est pas une fin, c’est un moyen. Voyez-le comme le petit complément qui va vous permettre de réaliser vos projets. Les revenus passifs générés, peuvent finir par remplacer un salaire, alors, libre à vous de lancer votre entreprise, ou de commencer la création d’un produit qui vous tient à cœur. Cela prend du temps, mais le jeu en vaut la chandelle…

… Selon moi :

 

« L’investissement, c’est comme le vin : il se bonifie avec l’âge.

Donc, plus tôt on commence, plus tôt on ouvre la bouteille. »

 

 

meilleur sera le vin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.